Le blog

‹ Retour

L’hyperthermie des jeunes bovins à l’engraissement

L’hyperthermie des Jeunes Bovins à l’engraissement

Les animaux homéothermes sont capables de réguler leur température corporelle ; autrement dit, ils possèdent un « thermostat interne ». Sous nos latitudes, les jeunes bovins (JB) maintiennent leur température corporelle moyenne à 38,5°C. Cette température subit cependant quelques variations physiologiques. Ainsi elle peut varier d’un degré sur une journée : 38,5°C le matin après une nuit au calme alors qu’elle peut atteindre 39,5 °C en fin d’après-midi après une journée d’activité. L’hyperthermie correspond à l’élévation de la température corporelle au-dessus d’un seuil critique. Pour les JB, ce seuil critique est autour de 39,5°C. Les causes d’hyperthermies sont nombreuses. Un effort physique ou une température environnementale élevée (>35°C) peuvent créer des hyperthermies qui restent souvent transitoires. L’hyperthermie est aussi présente lorsqu’un animal a de la fièvre. L’organisme règle alors sa température au-dessus de sa température corporelle normale. La fièvre est une réaction de défense de l’organisme. Lorsqu’elle reste modérée, la fièvre est bénéfique pour l’animal, l’hyperthermie participant par exemple à la destruction des pathogènes. Elle devient délétère et devra être contrôlée lorsque le syndrome fébrile s’emballe.  

Pourquoi détecter les hyperthermies

 Les JB, lors du premier mois d’engraissement, ont très souvent des épisodes d’hyperthermie. Il faut savoir que la plupart des fortes hyperthermies observées chez les JB lors du premier mois d’engraissement sont dus aux affections respiratoires. L’hyperthermie est le premier signe qui apparaît bien avant les signes cliniques généraux (abattement, anorexie) et locaux d’atteinte respiratoire (écoulement nasal et oculaire, toux, essoufflement). Ainsi dans deux études (1), il a été montré que l’écoulement nasal ou l’abattement apparaissaient en moyenne respectivement 20 heures et 50 heures après le début de l’hyperthermie. Se donner les moyens de détecter les hyperthermies revient ainsi à se donner les moyens de détecter précocement les cas de maladies respiratoires. Il faut noter cependant que certains épisodes d’hyperthermie ne seront pas suivis de symptômes visibles d’affections respiratoires. Plusieurs causes sont probables : lutte entre les animaux, stress, affections respiratoires subcliniques … Néanmoins il a été démontré que ces hyperthermies, même passagères, entrainent une baisse de GMQ. Dans les ateliers d’engraissement, la détection des JB pouvant bénéficier d’un traitement est principalement basée sur l’observation à distance des signes cliniques généraux et locaux d’atteinte respiratoire. De nombreuses études ont bien établi maintenant que cette méthode ne permet pas de détecter l’ensemble des jeunes bovins malades. Se donner les moyens de détecter les hyperthermies revient ainsi à se donner les moyens de détecter le maximum de cas de maladies respiratoires.  

Comment détecter les hyperthermies

 La prise, systématiquement (1 à 2 fois) de la température rectale des JB au cours de la première semaine d’engraissement est réalisée sur le terrain par certains éleveurs (souvent performants !). Pour cela, les équipements de contention doivent être adaptés. Malgré tout cela devient vite trop chronophage. A l’heure actuelle, pour aider les éleveurs, des dispositifs de détection automatiques des hyperthermies reposant sur la mesure des températures ruminale, sous-cutanée, orbitale, tympanique... font l’objet de nombreuses recherches et commencent à trouver des applications terrain. Ainsi, des bolus mesurant en permanence la température du rumen et avertissant l’éleveur par SMS en cas d’hyperthermie ont été mis au point et commercialisés en France (bolus San’phone®). Plusieurs systèmes de suivi de la température tympanique existent : le dispositif Fever Alert®, dont la diode clignote quand la température tympanique dépasse un seuil prédéfini ; le dispositif TekVet®, qui transmet la température relevée en continu à un ordinateur. L’utilisation de micro-puces sous-cutanées a aussi été testée. La mesure de la température infrarouge de l’orbite à l’aide d’une caméra thermique permet de détecter les JB malades 4 à 6 jours avant l’apparition de signes de maladie respiratoire.

Comment contrôler une hyperthermie

Contrôler l’hyperthermie lorsqu’elle devient trop importante repose sur l’utilisation d’antiinflammatoires. Dans le cadre des BPI des JB, l’utilisation d’antiinflammatoires (en association avec des antibiotiques appropriés) est recommandée pour, bien sûr, diminuer l’hyperthermie mais aussi la sévérité des signes cliniques et les lésions pulmonaires dues à l’inflammation. Diminuer la sévérité et la durée des signes cliniques est aussi une marnière d’améliorer le bien-être animal. La décision d’avoir recours ou non à un traitement antiinflammatoire est basée sur l’évaluation de l’amplitude et de la durée de l’hyperthermie. A partir de quelle température rectale mesurée faut-il administrer des anti-inflammatoires ? Il n’y a pas de réponse unique : 39,7°C, 40 ° C ou 40,5°C… tout dépend du contexte d’élevage. On peut utiliser des antiinflammatoires non stéroïdiens (AINS) ou stéroïdiens (AIS, dénommés aussi corticoïdes). L’usage des AINS associés à des antibiotiques, dans le traitement des BPI, a fait l’objet de nombreuses études qui montrent qu’ils améliorent significativement la guérison clinique dans des modèles expérimentaux mais aussi dans des épisodes naturels de troubles respiratoires. L’utilisation des AIS est plutôt à réserver à de fortes hyperthermies et est toujours couplée avec des antibiotiques.   Références: (1) Timsit E at al. 2011a: Early detection of bovine respiratory disease in young bulls using reticulo-rumen temperature boluses. Vet J. 190: 136-142. Timsit E at al. 2011b: Fever episodes without visually apparent clinical signs in newly-received beef bulls at fattening operation: occurrence, duration and impact on performance J Anim Sci. 89: 4272-4280.

Consulter tous les articles

D’autres articles qui peuvent vous intéresser

Aller en haut