Le blog

‹ Retour

Transmission du virus BVD-MD

Contagion
La transmission horizontale directe semble le mode de contagion le plus fréquent. La voie d’entrée du virus  est le plus souvent oro-nasale, mais le virus peut être introduit par les muqueuses génitales. La transmission horizontale indirecte est possible par le matériel (médical ou d’élevage), les insectes piqueurs et les produits biologiques. La résistance du virus dans le milieu extérieur est réputée de courte durée (moins de deux semaines dans  les matières fécales si on considère que les données sur la peste porcine classique sont transposables), quelques minutes sur une pince mouchette ou dans une aiguille, et l’air est contaminant sur quelques mètres. La transmission verticale s’effectue par passage  transplacentaire du virus chez une femelle infectée transitoire ou elle-même IPI (Infecté Permanent Immunotolérant). Ce passage éventuel est lié au statut immun de la mère, sauf peut-être en cas d’insémination par du sperme infecté.
1611-clubasv-rum-pic01
Animaux excréteurs
Infectés persistants et transitoires excrètent le virus. Les titres viraux obtenus dans les sécrétions nasales  sont équivalents alors que, dans d’autres sécrétions et dans le sang, les titres sont significativement plus faibles pour les infectés transitoires. La virémie des IPI est constante, mais le titre est variable. Dans la plupart des cas cependant on peut considérer avec prudence que les titres les plus bas d’un IPI sont supérieurs aux titres les plus élevés d’un infecté transitoire. Il existe des animaux infectés après la  naissance ou en fin de gestation dont la virémie est détectable bien au-delà des 15 jours de la virémie de  l’infecté transitoire, on parle de virémie prolongée (parfois plus de 100 jours). La proportion et l’importance  épidémiologique de ce type d’animaux est inconnue.

Consulter tous les articles

D’autres articles qui peuvent vous intéresser

Aller en haut