Le blog

‹ Retour

Evolutions de la filière laitière impactant la santé des vaches laitières et leur bien-être

L’objectif de cette revue collégiale* écrite par des chercheurs des universités vétérinaires canadiennes est d’identifier les changements récents importants ayant concerné la filière laitière et susceptibles d’affecter la santé et le bien-être des vaches laitières.

Evolution des tailles de troupeau

La tendance mondiale à l’exception de la Nouvelle-Zélande est à une diminution du nombre de troupeaux (de l’ordre de 20 à 40% en 20 ans) et une augmentation de la taille des troupeaux avec une forte diminution des troupeaux de petite taille. Cependant, les données disponibles ne permettent pas d’affirmer qu’une augmentation est défavorable à la santé et au bien-être. En effet, les grands troupeaux sont parfois mieux organisés et mieux équipés. Les achats d’animaux expliquent néanmoins les prévalences souvent plus élevées de maladies infectieuses (type paratuberculose, Fièvre Q ou tuberculose dans les grands troupeaux. La production laitière a aussi augmenté mais est néfaste pour la survenue de mammites cliniques. L’impact sur les autres troubles de santé est divergent selon les études. Enfin, les variations du prix du lait, par les restrictions qu’elles engendrent, sont de nature à faire fluctuer brutalement le niveau de soins qui peut être apporté aux animaux.

Proportion d’élevages en agriculture biologique

La tendance dans tous les pays est à une augmentation du pourcentage de fermes laitières en agriculture biologique, avec de fortes variations entre pays (ex 26% de troupeaux « bio » en Autriche, aux alentours de 10-12% en Suède, Danemark et Suisse vs 2% au Canada). En revanche, les cahiers des charges diffèrent selon les pays (ex des USA où le moindre traitement allopathique exclut la vache concernée du circuit bio, ce qui explique la coexistence parfois de 2 systèmes dans l’élevage). Les résultats des études disponibles sur la comparaison de la santé entre élevages conventionnels et bio sont contradictoires. Les auteurs suggèrent le besoin d‘études valides sur les attitudes face à la gestion sanitaire en élevage bio. Les pratiques d’élevage des élevages bio à très faible prévalence de troubles sanitaires mériteraient d’être examinées et sans doute appliquées également en élevage conventionnel.

Bien-être animal

Les auteurs notent une convergence mondiale pour une meilleure prise en compte du bien-être, ce qui s’est traduit par de nombreux changement : baisse du nombre de troupeaux avec vaches à l’attache, suppression de mutilations – telle la coupe de queue -, meilleure prise en charge lors d’écornage ou de castration. La question du zéro-pâturage reste en suspens; les données sont divergentes, même si la pâture est associée dans l’imaginaire collectif à un meilleur état de bien-être. On note dans de nombreux pays une réflexion sur une augmentation du temps de pâturage. Encore peu de pays ont des évaluations règlementaires du bien-être animal.

Une évolution technologique

Les dernières décennies ont vu les élevages s’équiper d’outils de plus en plus perfectionnés: distributeurs d’aliments et de lait, robots de traite et aujourd’hui outils de monitoring (détection de vêlage, des chaleurs, mesures fines de paramètres physiologiques). Concernant les DAL, les auteurs reconnaissent qu’ils peuvent améliorer la nutrition, voire la surveillance des veaux. Cependant, ils sont souvent associés à des tailles de lots favorisant également la transmission des agents pathogènes. Concernant les robots de traite, la situation en termes de mammites n’est pas nécessairement meilleure. Les éleveurs et intervenants doivent surtout être mieux formés à l’utilisation des données générées par les robots de traite et les outils de monitoring.

Antimicrobiens

La tendance sur la nécessaire rationalisation du recours aux antimicrobiens est partagée. Les auteurs constatent qu’une réduction s’amorce ou est effective déjà dans de nombreux pays, le traitement sélectif au tarissement étant le secteur permettant d’atteindre les baisses effectives les plus notables en laitier. Les auteurs soulignent toutefois, que peu d’études sont encore disponibles sur l’impact en termes de niveau sanitaire, une étude récente pointant une augmentation  de l’incidence de mammites cliniques même dans des troupeaux à faible niveau de CCS lors du recours au traitement sélectif au tarissement.

Hormones

De nombreux éléments tendent à penser que l’utilisation massive et systématique de protocoles de synchronisation ira decrescendo. En ce sens, l’optimisation de l’utilisation des outils de monitoring est une piste à privilégier.

Biosécurité

Les auteurs considèrent que le niveau sanitaire est bien meilleur et surtout mieux contrôlé et surveillé en Europe du nord, sur le plan de l’éradication ou du contrôle de nombreuses maladies infectieuses. Néanmoins, de nouveaux dangers apparaissent parfois brutalement (ex du virus Schmallenberg). Le rôle des vétérinaires dans la sensibilisation et la formation des éleveurs sur la biosécurité semble crucial. Le renforcement de règles de biosécurité (et leur enseignement)  lors d’échanges d’animaux ou lors de visites dans les fermes apparait nécessaire.

Diagnostic de routine

Les auteurs soulignent l’intérêt d’utiliser la matrice lait (tank  notamment) pour mettre au point des plans de surveillance voire de contrôle de certaines maladies (ex BVD, Paratuberculose, etc…).

Sélection génétique

Depuis quelques années, après une recherche de traits de production, la notion de robustesse des animaux commence à prendre plus de place; les aspects santé sont désormais mieux et davantage pris en compte dans les schémas de sélection. Ainsi, au Canada, des indices génétiques sur des niveaux de réponse immunitaire sont disponibles. La prise en compte de critères sur la santé mammaire est aujourd’hui mise en œuvre dans de nombreux pays. La détermination de tels indices « santé » est longue et coûteuse, mais elle aura une efficacité durable. Le recours à la semence sexée est en augmentation mais la vigilance est de rigueur car, cela pourrait, s’il n’est pas maitrisé et réfléchi, aboutir à un surplus de femelles. Les auteurs indiquent ainsi qu’une solution pourrait être de privilégier la semence sexée sur des femelles à haute valeur génétique, et d’utiliser de la semence de races allaitantes pour les autres, afin de disposer de veaux de meilleure qualité bouchère. Enfin, les auteurs considèrent que la mise en place de vaches Holstein dans tous les pays et systèmes n’est pas souhaitable, car elles ne sont pas toujours adaptées au contexte ; aussi ils considèrent  que des études sur l’optimisation de races locales et adaptées doivent être conduites. En conclusion, les auteurs de cette revue considèrent que les récentes évolutions du monde laitier ne vont aller qu’en s’accentuant, rendant nécessaire l’implication des vétérinaires dans la gestion sanitaire et du bien-être des grands troupeaux (conduite en lots notamment). Selon eux, des pratiques différentes (approches standardisées, outils de monitoring) sont à inventer et mettre en œuvre.  Contrairement à des idées reçues, l’agrandissement des troupeaux n’est pas nécessairement associé à une détérioration de la santé et du bien-être des animaux. C’est là encore la relation éleveur-vétérinaire qui sera gage de réussite. Référence: Résumé Article “Invited review: Changes in the dairy industry affecting dairy cattle health and welfare.” Barkema H.W., von Keyserlingk M.A.G., Kastelic J.P., Lam T.J.G.M., Luby C., Roy J-P., LeBlanc S.J., Keefe G.P., Keltonll D. Journal of Dairy Science, 2015, (98) :7426-7445.

Consulter tous les articles

D’autres articles qui peuvent vous intéresser

Aller en haut